Beauté masculine : plutôt taureau ou escargot ?

Les publicités occidentales pour soins masculins me fascinent : un homme (un vrai hein, pas comme moi), doit être hyper-actif, footballeur le lundi matin, DJ le lundi soir, neurochirurgien le reste de la semaine, avec quelques extras en tant que trader pour aider les potes. Le week-end, s’il n’exhibe pas son torse dans une arène désaffectée sous le soleil sicilien ou s’il ne pratique aucun sport extrême (tiens, si on allait faire du base-jump ou battre des records de vitesse sur les lacs salés ?), on peut considérer qu’il souffre d’une sacrée carence en terme de virilité. Bref, l’homme moderne (le vrai hein, pas moi) est un ouf malade de la vie, qu’il croque à pleine dents, d’un blanc forcément éclatant, vit jusqu’au bout de la nuit, fait ses 35 heures en une journée. Une vraie bête de testostérone, fringante dès le matin, quoi qu’il advienne, et prêt à suivre les démons de minuit jusqu’au bout de la nuit. Moi qui ais plutôt tendance à être grincheux quand je me réveille à 9 heures le matin et sombre facilement dans les bras de Morphée dès que je m’allonge un peu trop horizontalement sur mon canapé, voilà que je prends un sacré coup de vieux. Et pourtant, à 24 ans (et demi depuis hier !), Parisien géographique qui plus est, je devrais être plein de vivacité, d’énergie. Comme qui dirait, « rien à battre de la life, il faut battre le fer tant qu’il est chaud ! » Certes, certes…

Comme mon abonnement télé (tripleplay hein, je suis un homme moderne) ne me permet que de capter les chaînes hertziennes et la TNT, j’ai eu la joie innocente de découvrir deux campagnes de pub récentes pour une marque française, qui le vaut bien. Dans la premier, il est question d’un soin visage à la taurine, dans le second d’un déodorant au carbone. Petit rappel en image :

Hydra Energetic Extrem de l’Oréal Men, à la TAURINE

Invicible Man de l’Oréal Paris Men Expert, au CARBONE

Comme je suis chaud et bien parti dans ma lancée masochiste, je vous propose, en petit bonus, « Je suis un grand buveur d’eau » :

Electro Shock de Nickel

La grande question est la suivante : what is the phoque ? De la taurine dans un soin pour le visage, sérieux ? Et du carbone, really ? Il est évident que l’une des grandes modes du moment est la quête de produits exotiques, d’ingrédients miracles, que votre corps produit souvent de manière naturelle (cas du Q10 ou du collagène), ou de manière un peu moins naturelle. La victoire sera à qui ira chercher le plus loin, soit dans les secrets d’ailleurs, soit dans les pots de grand-mère, parfois avec un succès clinique certain, parfois avec un succès marketing improbable. De la taurine dans un soin pour le visage ? C’est sûr que c’est viril : de l’extrait de testicule de taureau plutôt que du café moulu, ça en jette grave, tout en faisant de la continuité des changements de mentalité. Il y a 10 ans, il était impossible de trouver des boissons à la taurine en France, que le buffle soit rouge ou non, car l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) émettait des suspicions à son sujet en soulignant les « effets neuro-comportementaux indésirables ». Pour le Carbone, j’ai le sentiment qu’il s’agit d’une belle blague. Le Carbone, oui, ça fait rêver : la fibre de carbone est un matériaux résolument associé aux hautes technologies (à raison), et c’est peut-être sur ce versant marketing que la marque veut jouer. Argument à double tranchant lorsque l’on connaît les problèmes respiratoires graves et les démangeaisons urticantes que peuvent entraîner le travail de la fibre de carbone. Du coup, je doute fort que ce soit de ce « carbone-ci » dont il est question. Alors, quoi donc ? Le carbone en tant qu’élément chimique ? La belle blague ! Toute molécule en chimie organique (qui est quand même celle qui concerne de plus près la cosmétique, avec la chimie des cristaux) contient, par nature, du carbone, puisque pour rappel cette chimie se base sur les éléments C, N, O et H (Carbone, Azote, Oxygène et Hydrogène). Alors quoi ?

Au-delà des vrais faux composants actifs et fausses vraies idées de génie, ces deux campagnes résument à elles seules les raisons pour lesquelles j’ai mis autant de temps à m’intéresser aux cosmétiques : à force de prôner une beauté instantanée, à force de promettre une fraîcheur en un claquement de doigt, à force de prêcher la voie du moindre effort, cette beauté là m’a froissé, m’a fait me rendre compte que, non, je n’étais pas au niveau, et que, non, ma philosophie de vie m’interdisait d’avoir recours à ces soins one-shot. Car c’est bien de cela dont il s’agit : globalement, il est encore et toujours question du mythe de la « potion magique » qui guérit tout, qui soigne tout, qui se charge de tout et même du reste, sans que nous n’ayons plus rien à faire (sinon y penser 15 secondes tous les matins). C’est une sorte d’appel à la fainéantise épidermique, d’apologie du soin ponctuel et, quelque part, entre les lignes, des propositions extrêmement brutales sans réelle vision à long terme, ce qui incarne très bien, à mes yeux, une grande différence entre l’occident et l’orient.

En tant qu’asiatique, j’ai du mal à concevoir que l’on ne puisse pas prendre son temps, j’ai du mal à concevoir que l’on ne puisse pas cultiver paisiblement son jardin intérieur (c’est la seule chose que je partage avec Voltaire) pour préférer les excès et la facilité d’une solution rapide et radicale. Lorsque je regarde les cosmétiques asiatiques pour hommes, je ressens profondément le gouffre culturel qui nous sépare les uns des autres. Certes, il faut aussi que les hommes soient beaux (comme doivent êtres les hommes) et que les femmes soient belles (comme doivent être les femmes), mais je ressens beaucoup moins cette virilité arrogante (même s’il est vrai que je regarde d’un oeil amusé les acteurs de dramas très efféminés). J’ai plutôt ce sentiment qu’en Asie, les hommes prennent soin d’eux en prenant le temps, aussi bien dans leurs routines beautés que dans leur vie de tous les jours : une vie peut-être un peu plus saine, un stress peut-être un peu mieux placé et géré, une schizophrénie assurément moins prononcée dans leur manière de prendre soin d’eux.

Ma question, donc, après ce long monologue : et vous, êtes vous plutôt taureau ou plutôt escargot ? En ce qui me concerne, je crois avoir fait un choix évident, et ma peau s’en porte fort bien.

One comment

  1. La première fois que j’ai vu la pub pour les soins à la taurine, j’ai grimacé d’horreur. Pour moi la taurine = Red Bull et les morts par arrêts cardiaque partout en Europe et aux USA. Je sais, c’est un énoooorme raccourci…Mais bref, je ne comprends pas l’intérêt d’un tel ingrédient dans les soins pour la peau. Pareil pour le carbone.

    Je suis tout à fait d’accord, c’est du marketing, la taurine, le carbone, ça fait viril! Du coup même les hommes réticents aux soins jouent les durs dans leurs salles de bain avec leurs gels hydratants à la taurine quoi…

    Et je suis également d’accord sur « les soins potion magique ». Le problème de la majorité des produits, n’est pas tant leur supposée inefficacité, mais c’est surtout qu’ils sont sur-vendus et que les consommateurs s’attendent à des résultats du jour au lendemain. Malheureusement, même les produits aux formules excellentes ne réussissent pas ce genre d’exploits.
    Du coup maintenant, les gens hallucinent quand on leur dit qu’il faut 3 ou 4 mois minimum pour traiter tel ou tel problème…

    Et en Asie, en plus des rituels de soins « assumés », où les publicitaires n’ont pas besoin de grosses voix de bourrins pour vendre leurs produits, les hommes font aussi de la pub pour les cosmétiques féminins. La grande classe (même si c’est du marketing évidemment).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :