Le Lao-Thaï : LE restaurant thaïlandais de Paris.

La peur de la page blanche est une peur que je ne vous souhaite jamais de vivre. Par bonheur, chez Modjo, nous avons une technique imbattable pour la combattre : on va prendre l’air  longtemps, longtemps, longtemps avant d’arriver au point de non retour. Et puis, entre nous, on écrit toujours mieux avec le ventre plein et l’estomac en paix. C’est un fait.

ELLE et moi (mais surtout moi) avons un petit restaurant fétiche dans le 13ème arrondissement, au 128  rue de Tolbiac dans le 13ème arrondissement. Je vous ai déjà parlé du Lao Thaï récemment (si si), et tout spécialement aujourd’hui, pour célébrer la pause déjeuner (qui est l’un de mes acquis sociaux préférés), j’avais envie de vous donner un petit aperçu en goût et en image de ce que l’on peut y déguster. Si vous râlez, m’enviez ou salivez, je considérerai mon challenge réussi.

Salade de papaye

salade-papaye

S’il y a bien un plat qui représente la Thaïlande, c’est celui-ci. La préparation et l’assaisonnement varie selon les régions (avec ou sans saumure, avec ou sans crabe, avec ou sans crevette, parfois avec ou sans poulet, avec ou avec piments) mais mes critères pour différencier une bonne salade d’une mauvaise sont toujours les mêmes. A Paris, vous en mangerez beaucoup, vous en trouverez beaucoup, mais très rares sont celles qui, vraiment, me font voyager. Au Lao Thaï, la salade est tout bonnement divine, pour plusieurs raisons :

  • Elle est préparé « en gros », et à l’avance. C’est à dire qu’elle est stockée en grosses quantités et qu’elle a le temps de s’imbiber de jus de citron, de saumure, du sucré de la papaye sans pour autant perdre son piquant.
  • Corollaire : elle n’est pas sèche. Elle ne ressemble donc pas à une salade de carottes sous vide dont on aurait simplement remplacé les carottes par des papayes (ce qui est souvent le cas).
  • Elle n’est ni trop pimentée, ni pas assez. Aucun des ingrédients fondamentaux ne noie l’autre : papaye verte, carotte, sauce poisson, arachide grillée, citron vert, piment.
  • Il y a du jus ! Et on peut boire le jus à la fin comme on dégusterait un savoureux cocktail d’orient.

Riz gluant

riz-gluant

Je suis né entre une maison sur pilotis, entre des rizières, la jungle et au-dessus des buffles. Dit comme ainsi, ça fait rêver, mais il ne faut pas (parce que je ne vous parle pas des moustiques, des moustiquaires et du tonton qui ronfle). Dans ce petit bout perdu de campagne, le riz gluant était préparé au kilo et on utilisait des feuilles (de bananier ou de lotus ?) comme assiettes. Les fourchettes étaient une belle blague, les doigts c’est tellement plus sympa et convivial. Ne faites donc pas comme elle : vous avez le droit de toucher la nourriture, profitez-en, abusez-en ! Jouez à faire des petites boules de riz que vous tremperez dans la sauce, façon onigiri, et à vous les joies des saveurs vraies ! (Parce que, la fourchette, c’est sympa, mais ça donne un goût métallique aux aliments).

Travers de porc au lait de coco

porc-tranche-coco

riz-tranchesdeporc-coco« Le porc c’est gras », « le port c’est toujours trop cuit », « le porc, quand c’est pas assez cuit, c’est dangereux. » Blablablabla. Au Lao Thaï, vous découvrirez le monde merveilleux des « ribs de porc », mais pas comme dans les barbecues à l’américaine. Chez nous (enfin, dans la cantine dont je vous parle), l’exercice est jouissif : prenez un travers par l’os, disposez-le à la verticale puis, avec une baguette (ou une fourchette) (ou les doigts, mais ça tache un peu plus que le riz gluant), poussez légèrement vers le bas. La gravité terrestre et le coup de main du cuistot feront le reste : magie ! La viande se détache toute seule, savoureuse à souhait, laissant l’os propre comme s’il n’avait jamais servi ! 5 ans que je m’y amuse, 5 ans que je m’émerveille à chaque fois.

Raviolis de la mer

assiette-ravioli-de-la-mer

Les raviolis de la mer sont des raviolis, mais avec des fruits de mer dedans. Je vous en parle uniquement parce qu’ELLE les a commandé la dernière fois, donc j’ai des photos, mais je vous laisse vous faire votre propre opinion (moi, je les ai pas goûté, elle a tout dévoré avant même que je puisse me dire « cool, des raviolis de la mer ! »). Vous ne nierez cependant pas qu’ils sont tout mignon tout plein.

Les desserts thaïlandais

dessert-thai

Les desserts thaïlandais, c’est un peu comme Dora l’exploratrice ou les 2be3 : s’ils n’existaient pas, c’est pas certain qu’il faudrait les inventer. Mais dans certaines circonstances ça peut être rigolo. Je vous épargne les « perles de coco », les « nougats vietnamiens » et les trucs bizarres au soja, et je passe directement au dessert national de mon enfance (mais vraiment de ma tendre enfance), j’ai nommé : le truc vert fluo avec des boules rouges qui flottent dans le jus blanc. Si si, really.

En really, je crois que ce sont des vermicelles de soja (en gelée ?) parfumés au thé vert, avec des haricots rouges, mais c’est peut-être aussi autre chose. Dans tous les cas, c’est bon c’est gluant, c’est sucré, le lait de coco est délicieux, mais rien ne vaut un test terrain. Alors, des volontaires ?

 Oui, je mange du riz.

ouijemangeduriz

Mais j’aime pas ça, et en plus, en vrai, en Thaïlande, on ne mange pas avec les baguettes (ça n’existe pas). On mange avec des cuillères. Par ailleurs, on ne fait pas comme en France, à manger dans des assiettes et séparant soigneusement le riz de la viande et sa sauce. On utilise des bols, le riz au fond, la sauce par dessus. Un bol pour tout le repas, et on agrémente au fur et à mesure en fonction des plats qu’offrent la table. ;)

Voilà. Maintenant, c’est malin, j’ai faim… Alors je compte sur vous pour partager vos adresses secrètes !

J-2 avant l’article de Sasha.

13 commentaires

  1. le dessert que tu présentes ici, c’est un truc que je pensais typiquement vietnamien. j’en mange depuis que je suis née et en vietnamien ça s’appelle Sương sa hột lựu et effectivement c’est délicieux.
    http://www.asie360.com/cuisine/recettes/dessert-lait-coco-trois-couleurs-suong-sa-hot-luu-suong-sa-hot-luu-f249.html
    j’ai envie d’en manger maintenant, c’est malin !

  2. C’est un de mes restos préférés aussi!

    Les fils verts fluos ont intrigué pas mal de mes amis! ^^

  3. Miam ! Tout ça me rappelle la cuisine de ma maman :)

    La salade de papaye, je ne connais personne à qui ça n’ai pas plu, hormis mon mari lol !
    En revanche, ce dessert-là, qu’on appelle chez nous le « navane » (je l’écrit comme ça s’entend, parce que j’ai aucune idée de comment ça peut bien s’écrire) personne de mon entourage n’a jamais voulu y goûter, tellement c’est bizarre, mais moi, j’adooore :)

    1. Ahah, je suis toujours la seule à commander du dessert aux vermicelles verts ! (Bruno n’est pas trop dessert en même temps…)
      Un truc qu’il n’a pas mentionné et qui est divin : LE LAIT DE SOJA CHAUD !

  4. En Chine, on mange aussi beaucoup avec une cuillère, mais on utilise aussi les baguettes. Par contre, ils font aussi le bol pour manger, et tous les plats sur la table, en se servant comme un buffet (parfois avec des baguettes, parfois avec les doigts)

    Et pour les bonnes adresses, je vous y ai déjà emmenés, le Lao Douang Chan est génial. Mais il y a aussi le Hao Hao, qui est un paradis sur Terre pour manger vite, bien, et pour peu de pièces. Tout ça du côté de Place d’Italie et Porte d’Ivry.

    1. Il faudrait qu’on retourne avec Kim et toi au Lao Douang Chan, c’était chouette !

  5. Mitsukouette · · Répondre

    J’envie le choix que vous pouvez avoir en région parisienne pour les restos, il y a de quoi se faire plaisir. Ben voilà maintenant c’est malin même au réveil j’en ai envie par contre le dessert beaucoup moins lol La façon de manger en Thaïlande m’interpelle ça me plairait beaucoup ça donne une impression très convivial d’un repas. Bon allez hop au p’tit déj bonne journée à vous :)

  6. J’ai trop la dalle maintenant c’est malin !!!

  7. J’ai découvert un autre resto chinois ! Bon ok, c’est un traiteur, mais les prix sont très attractifs (et c’est à côté de mon école, donc pratique).

    Les menus sont entre 4,50 et 8€, et bien fournis. Et c’est vraiment pas mal au niveau du coup ! Et alors au niveau de l’accueil…RIEN A DIRE. Vraiment gentil, souriant, ils offrent des desserts (petites salades de fruits). Le traiteur s’appelle Rong Hua Gourmet, ça fait chinois et un peu japonais. 8, rue Abel Hovelaque dans le 13ème.

    Une bonne adresse pour de la restauration rapide !

    1. Bonne adresse à garder ! Surtout en ces temps de restriction financière ><

  8. C’est surtout la salade qui me donne envie ! Je connais pas du tout la salade de papaye, et avec la description, ça ne peut que me donner envie *o*. Quant aux raviolis de mer ils sont très mignons, ça me rappelle les oeufs cuits qu’on emballe avec un chiffon/tissu pour les bosses !
    Les desserts aux lait de coco et avec des trucs gélifiés j’adore ça !! Je ne connais pas celui que tu nous présentes, mais il me donne envie !
    J’ajoute ce restau dans mes adresses de Paris ♥ Merci pour la découverte :)

  9. même pas marrant · · Répondre

    Ce repas que vous décrivez n’est pas typiquement thaïlandais mais laotien.
    In ne mange pas sur une feuille de bananier ou de lotus non plus sous ces contrées.

    1. Si je puis me permettre (et je vais me permettre), je ne vois pas à quel moment j’ai écrit que ce repas était typiquement thaïlandais ? D’ailleurs, si le restaurant s’appelle « Lao Thaï », c’est bien parce qu’il a l’ambition (même si ce terme est quelque peu poussif) d’offrir une cuisine aux frontière de la Thaïlande et du Laos. Donc rien d’étonnant à ce qu’il y ait de la cuisine laotienne là-dedans.

      Quant à « ces contrées » que vous évoquez (par ailleurs je vous sais gré d’être recouru au vouvoiement), que l’on y mange ou non sur des feuilles de bananier ou de lotus, je ne saurais ni confirmer ni infirmer vos dires. Pour la simple raison que je n’avais pas pour ambition de faire de ce modeste article un résumé des us culinaires et gastronomiques du nord est de la Thaïlande (ou du nord ouest du Laos, du coup, ça marche aussi). Je me contente de rapporter des souvenirs d’enfance qui, par essence, ne sont que parcellaires.

      Soit dit en passant, et là je vais être plus direct : « Ah ah », c’est hilarant d’avoir utilisé « même pas marrant » en pseudonyme, et d’un courage extrême d’avoir enregistré tuesinculte@gmail.com comme adresse mail. Ça a un côté « je te pisse à la raie » tout à fait charmant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :