Chronique d’une nouvelle peau – Episode 5 : Dermalogica Daily Microfoliant

Bonjour les filles (et les garçons qui se seraient égarés) :D

Pour célébrer le premier mardi de ce mois de mai qui ne soit pas férié (et c’était pas gagné d’avance), voici le deuxième volet de ma petite trilogie sur les poudres microfoliantes/nettoyantes que je vous avais promis la semaine dernière (cf. Chronique d’une nouvelle peau – Episode 4 : Microfoliant party ! (#Acte 1) ). Vous l’aurez donc aisément compris, la victime du jour sera intégralement et uniquement le Daily Microfoliant de Dermalogica (ci-après DMD). Et un peu aussi mon visage.

DMD ? C’est un joli tube.

Depuis la semaine dernière ça n’a pas changé. Pour la présentation du packaging je vous invite à relire l’épisode 4 parce que, bon, un tube est un tube, et comme je l’avais parfaitement hermétiquement fermé, hop, le contenu était tout beau, tout propre, prêt à l’emploi comme au premier jour. Il faut reconnaître que ça fait plaisir et que ça change des produits qui s’ouvrent pour un oui ou pour un non au fond de la trousse de toilette.

Faisons parler la poudre (histoire d’ingrédients).

Pour une fois la liste des ingrédients est très lisible, dans une police agréable, et j’ai tellement utilisé DMD que certaines lettres commencent à s’en aller ! A croire qu’il s’auto-exfolie lui-même. Mais qu’y a-t-il donc à l’intérieur ? Avec une bonne loupe et un traducteur, on peut lire ceci :

« Cette formulation en poudre exclusive à base de riz s’active au contact de l’eau, libérant de la papaïne, de l’acide salicylique et des enzymes de riz qui assurent une micro-exfoliation des cellules mortes afin de lisser la peau.
Notre Complexe éclaircissant exclusif, à base d’Aspergillus, de pamplemousse et de réglisse, équilibre les irrégularités de pigmentation de la peau, tandis qu’un mélange ultra-calmant de thé vert, de ginkgo et de farine d’avoine colloïdale apaise la peau, la laissant remarquablement claire et fraîche.
Suffisamment doux pour permettre une utilisation quotidienne. Déconseillé chez les utilisateurs de produits exfoliants délivrés sur prescription médicale.
Ne contient pas de parfums ni de colorants artificiels. »

La première fois que je l’ai utilisé, je me suis dit que c’était drôle, ça ressemblait à du talc. Et ça tombe bien, puisque la liste des ingrédients ne me contredit pas. Il y a donc, entre autres choses, du talc (pour que ce soit tout doux et que ça glisse bien), du sodiome cocoyl isethionate (un dérivé de l’huile de coco ayant des vertus nettoyantes), du son de riz et de l’amidon de riz (ayant les effets décrits précédemment). Il y a aussi, entre autre, des extraits de pamplemousse, de ginkgo biloba, de feuille de camelia et d’huile essentielle  de thé. Un vrai petit cocktail survitaminé matinal ! Il y a également, et je suis moins fan, du dioxyde de titane (Ti02), qui est un agent azurant permettant de garantir une grande blancheur à la poudre, aussi utilisé dans certaines crèmes solaires.

Utilisation : phase 1, en mettre dans la main.

Théoriquement, il faudrait en verser une demi-cuillère à café. Sauf que çà ferait beaucoup, beaucoup trop de poudre, donc je conseillerais d’en mettre beaucoup moins. Le maximum serait ceci (et encore, j’ai un peu forcé la dose) :

Notez les points suivants :

  • Il faut que la main dans laquelle vous déposer la poudre soit bien humidifiée.
  • Il faut que la main avec laquelle vous allez émulsionner soit également humidifiée.

Si elles sont trop sèches, voici ce qui arrive :

Le DMD va former de gros grains pas beaux, pas agréables, qui risquent d’irriter votre visage par simple effet mécanique. De plus, le DMD ayant absorbé le peu d’humidité, vous aurez une désagréable sensation de sécheresse et vous perdrez tous le côté « smooth » (criminel !) du talc et de la poudre de riz.

En humidifiant un peu mieux (ce qui ne demande pas un entraînement olympique mais un minimum d’habitude), vous obtenez ceci :

Vous noterez tout de suite que c’est beaucoup plus agréable et rassurant, beaucoup mieux émulsionné. Je peux donc passer à l’étape suivante.

Sur le visage.

Depuis que je me mets des trucs sur la tête, j’y ai pris goût. Parce que, avec chaque produit, je me fais un petit massage facial complet. Ca relaxe, ça réveille, ça me donne l’impression d’éliminer les souffrances du sommeil, de la nuit, de la veille et en plus il paraît que ça prévient contre l’apparition des rides. Que demande le peuple ?

Dermalogica conseille de l’appliquer en faisant des petits mouvements circulaires. Comme je suis sage et obéissant, j’en mets donc un peu partout : sur mes joues, sur mon front, sur mon nez, sur ma mini barbe ridiculement peu fournie (c’est rigolo ça fait de la mousse). Et tous les matins, à la coiffure près, mon miroir a droit au Bruno Horror Picture Show :

Oui, je sais, j’en ai partout dans les cheveux et c’est pas censé être le cas. Mais chut, vous n’avez rien vu.

Une fois que vous vous êtes bien frotté le visage pendant, disons, une minute, vous pouvez abondamment rincer à l’eau tiède et passer à l’étape suivante dans votre routine. Personnellement, après l’eau tiède, j’ajoute une grande « gifle » d’eau bien froide, histoire de réveiller tout ça et donner un coup de fouet à mes pores (c’est bien à ça que sert l’eau froide ? J’en suis jamais certain…)

Verdict

Je n’avais plus touché au DMD depuis deux semaines, puisque je suis en train de tester le Squa Powder Wash de Haba. Et bien, quelle claque ! Je me suis immédiatement rappelé pourquoi j’aimais tant ce produit (outre qu’il coûte cher et que je suis bling-bling) : c’est tout doux, on sent réellement qu’il exfolie et la peau est immédiatement plus douce après. Avec DMD, on est ridicule devant son miroir pendant 3 minutes mais après on a la peau propre pour le reste de la journée ! (Je ne dis pas « 24 heures », parce que c’est assez compliqué de rester propre aussi longtemps à Paris.)

Dans le cadre d’une routine quotidienne, ça m’embête de le dire, mais cette poudre peut tout à fait remplacer Tamagohada. Néanmoins, je recommanderais, très prudemment, de ne pas trop en abuser : faites une cure pendant deux mois, puis passez à autre chose et revenez-y. Alternez avec un exfoliant chimique, plutôt que mécanique par contre, mais il ne faut pas non plus que vous ayez la sensation de vous laver le visage avec une pierre ponce ou un bain d’acide :D

Si vous avez 70 Euros à dépenser dans les jours à venir, si vous voulez décrasser votre Homme avant les vacances d’été, je n’aurai donc qu’un mot : foncez !

8 commentaires

  1. Bon ce produit j’en entend parler depuis un bon moment mais je n’ai jamais eu l’occasion ni même l’envie de le tester. Par contre et avec ta revue, c’est bien ce que je pensais, ce produit me fait énormément penser au Peeling Poudre de Soie de KANEBO que l’on peut trouver chez Sephora. J’avais eu un échantillon de ce produit et je l’avais adoré!!! Et le prix est sensiblement le même… Du coup connaissant la version de chez KANEBO je suis toujours très tentée de me l’approprier…

  2. Mitsukouette · · Répondre

    Rhooo mais tu peux l’avoir pour 30 livres sur le site de Jersey Beauty Company ;)

    En tout cas je suis bien d’accord avec toi ce produit est juste génial et dure longtemps ^^

  3. Oh la la je l’adore le DMD.
    Une bonne astuce pour faire une super mousse tout en enlevant les grains c’est d’utiliser un voile pour faire la mousse (dispo chez Muji).

  4. C’est vraiment étrange ce produit.
    Ca me donne envie, mais c’est bon là, FAUT ARRETER DE ME TENTER.

    Je ne retiens qu’une chose : tes cheveux sont impeccables.

    1. Mes cheveux sont un vaste mensonge fomenté par le KGB, la CIA et probablement VivelDop. En 25 ans, j’ai jamais été fichu d’avoir deux jours de suite la même coiffure. Manque de bol, pour cette cession photo spécifique, j’ai (vous avez) eu de la chance. Mais faut pas s’attendre à ce que ce genre d’incident se reproduise ^^

      1. Tu parles.
        t’as les cheveux d’un mec qui fait la pub pour le Head and épaules, et qui montre qu’avec son shampoing il a pas une seule peloche qui traîne dans sa touffe.

        Quelle densité capillaire, c’est incroyable.

      2. « Shoulder », vas-y, tu peux le dire, ça ne mord pas et c’est pas si compliqué, car : « shoulder » ne s’écrit pas comme « scooter » et ne se prononce pas comme « Shrek ». En plus, tu as opté pour la facilité : si j’étais une femme, on aurait eu droits aux cheveux Schwarztruc.

      3. C’est l’oréaleeeuh pour les filles, l’oréaleuh, t’y comprends rien, on le vaut bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :