Chronique d’une nouvelle peau – Episode 6 : HABA Squa Powder Wash

Une vraie trilogie, c’est une trilogie qui commence par 4 et se termine par 6. Depuis trois semaines je vous parle de poudres nettoyantes, le moment est venu de vous parler de la plus exotique des deux concurrentes : la HABA Squa Powder Wash.

Je ne vous ferai pas une présentation de la marque, parce que Sarah s’en est déjà chargée ici, mais une petite piqûre de rappel est la bienvenue. HABA est la contraction de “Health Aid Beauty Aid”, leur philosophie n’étant pas si éloigné de notre très latin « mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain). HABA promeut les ingrédients naturels, au premier rang desquels se trouve le squalane (un émollient naturel, d’une innocuité complète, utilisé pour prévenir de la déshydratation de la peau, qu’elle protège et assouplit), et fait la chasse au superflu (genre, vous savez, les parabens, les alcools, les agents conservateurs, les trucs pétrochimiques qu’ils doivent être efficaces mais qu’on a quand même un doute, etc.).

HABA Squa Powder Wash

ELLE a acheté le tube que j’utilise aujourd’hui dans une toute petite boutique (la porte ne devait pas faire plus de 3 mètres de large, la boutique aurait facilement rentrer deux fois dans ma chambre). Mais attention, ce n’était pas n’importe quelle boutique : il s’agissait du HABA Store de Ginza, un peu à l’écart des axes les plus fréquentés du quartier, mais ce n’est pas bien grave. Si mes sources sont bonnes, le tube de 80 grammes coûte dans les 37$, soit 3000¥, ou bien encore 30€. On est quasiment à la moitié du tarif du DMD, pour un produit qui n’est pas du tout commercialisé sur notre territoire (mais dites-moi si je me trompe) et une contenance légèrement supérieure. Le grand amateur de la théorie du complot que je suis suppute que les grains du nettoyant HABA sont plus fins que ceux de DMD, c’est pour ça qu’ils sont plus lourds dans moins de place (oui, on a les considérations que l’on peut le matin (devant son miroir).

Le tube est blanc, avec un système de fermeture par clapet et unique trou, de dimension relativement généreuse, pour verser la poudre. C’est pour ça que je n’en verse jamais assez, j’ai toujours peur de finir le flacon en deux temps trois mouvements.

Ingrédients

Talc, Sodium Stearoyl Glutamate/Sodium Cocoyl Glutamate, Microcystalline Cellulose, Potasium Myristoyl Glutamate, Sodium Stearoyl Glutamate, Sodium Cocoyl Isethionate, Sodium Lauryl Aspartate, Potassium Myristate, Mannitol, Lauramidopropyl Betaine, Squalane, Papain, Citrus Unshiu Peel Extract, Scutellaria Baicalensis Root Extract, Dipotassium Glycyrrhizate, Water, Dextrin, Calcium Carbonate, Alcohol.

Vous remarquerez que, comme dans DMD, nous avons du talc, de la papaïne et de l’extrait de citron. Par contre il n’y a pas de TiO2 en tant qu’agent azurant, et ça c’est chouette, bien qu’entrant parfaoitement dans la logique cosmétologique de la marque.

Utilisation

Les conseils, ici, seront les mêmes que pour DMD. Il faut bien avoir le visage très mouillé et les mains très humides, sans quoi ça ne moussera pas du tout. On peut même distinguer trois stades :

  • Si votre paume est trop sèche, la poudre HABA va très rapidement former de petits grains, genre grains de riz, pas très agréables une fois sur le visage et surtout pas très couvrants.
  • Si votre main est parfaitement humidifiée (donc, ni trop peu, ni trop tout court), la poudre HABA va parfaitement réagir et vous aurez sous les doigts une texture « crème », très légère, très onctueuses. Un peu « blanc d’œufs battus en neige ».
  • Si votre main est beaucoup trop mouillée, il va falloir ajouter beaucoup, beaucoup trop de poudre HABA pour compenser, et ça risque de mousser bien trop fort.

Pas assez d’eau

Un peu trop d’eau

Pour l’application sur le visage et le nettoyage, une fois de plus mieux vaut un dessin qu’un long discours (vous remarquerez que cette fois-ci j’ai fait l’effort de m’habiller) :

Conclusion

Pour être parfaitement honnête, j’ai commencé à utiliser le HABA Squa Powder Wash il y a trois semaines, spécifiquement pour les besoins de la Chronique. Si cela n’avait tenu qu’à moi, je serais resté sur DMD, mais, bon, ELLE voulait que je l’essaie, je me devais donc de mêler mon utile à son agréable.

Pour qui a déjà essayé le DMD, passer à la poudre HABA n’a rien de sorcier, les gestes sont exactement identiques (même si je n’ai pas encore tranché sur la question ergonomique). Mais très rapidement, on se rend compte qu’il ne s’agit pas du tout des mêmes produits. Le DMD est un microfoliant-nettoyant. Le HABA Squa Powder Wash est un simple nettoyant, sans aucune prétention exfoliante. Il est donc plus doux pour la peau, plus doux et crémeux au toucher, comme un petit nuage, mais ce n’est pas avec lui que vous gommerez les imperfections et impuretés de votre peau. Moralité : ce n’est pas parce que ça se ressemble que ça a le même usage.

Le HABA Squa Powder Wash fait son travail, et le fait très bien. Il pourrait facilement, dans le cadre d’une routine, remplacer le Tamagohada, en se permettant même le luxe d’être un peu plus doux. Il s’agit donc d’un nettoyant à essayer, vraiment, et à compléter une à deux fois par semaines par une petite exfoliation mécanique ou chimique. Tiens, ça tombe bien : la semaine prochaine, il faudra que je vous parle de mon masque aux acides de fruits (^_^)

Advertisements

6 commentaires

  1. haha, j’adore ton intro! pour moi aussi les vraies trilogies sont celles qui vont de 4 à 6. celles qui commencent par 1 et finissent par 3, je les vomis!
    c’est sympa de découvrir une alternative au DMD, même si l’usage en est assez différent. j’aime bien ce genre de textures évolutives. ça change des nettoyants classiques.
    merci pour cet article et bravo à toute l’équipe pour votre blog!

  2. Mitsukouette · · Répondre

    Eh ben dis donc Bruno paye de sa personne ;) Merci pour cette revue et cette découverte par la même occasion.

    1. Si un jour, on m’avait dit qu’il mette tant de zèle pour écrire un article beauté, je ne l’aurais pas crû ! :D

  3. Oh la poudre, on dirait de la farine, elle est effectivement trés fine! T’as essayé avec un filet moussant? C’est génial ça pour les nettoyants en poudre.

    Faut que je me rachète ce genre de nettoyant, c’est tellement économique. Jusqu’à présent j’en ai pas testé beaucoup mais je préfère ceux qui ont une petite action exfoliante (les poudres aux enzymes) et/ou whitening.

    1. Voilà ce que j’ai trouvé pour la description du produit (pas d’action vraiment whitening donc) : Functions:
      Multi-purpose cleansing powder, it removes dirt and sebum in pore while not taking away essential moisture. It contains “Papain” and “Scutellaria Root Extract” which has the purpose of anti-bacterial and oil control, avoids the formation of acnes. Squalane also activates cell metabolism, locks moisture. Suitable to use under all weather. No greasy, no oily and no tight feeling after use.

      Suitable for:
      All skin types, especially for acnes skin.

      J’ai un filet moussant, je pourrai le prêter à Bruno ^^

      1. Et voilà, ça continue encore à conspirer derrière mon dos. Avouez, vous voulez toutes me faire la peau ? (-_-)’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :