A Séoul Opéra avec les Blogueurs Beauté

Vendredi dernier, c’est à dire il y a huit jours, autrement dit le 1er juin 2012, nous avons vécu une expérience hors du commun, dans un monde parallèle : Sarah et moi avons rencontré d’autres blogueurs beauté ! Oui, parce qu’il paraît qu’ils existent, pour  vrai, en chair et en os, et il paraît même que la plupart ne sont pas des BOTS fantômes derrière leur clavier. Bon, la rumeur prétend également qu’il y en a des sympas, mais ça, c’est une autre affaire.

Nous avions donc rendez-vous au cœur du 1er arrondissement, dans le bien nommé restaurant « Séoul Opéra ». Pour celles qui ne suivraient pas, Séoul fait bien évidemment référence à la Corée et l’Opéra n’est autre que l’Opéra Garnier, à quelques mètres de là. C’est un restaurant à la devanture relativement discrète, un petit cocon niché au numéro 52 de la rue Danielle Casanova. Lorsque Cathia m’en a parlé, j’étais persuadé qu’il s’agissait du restaurant Opera Guibine, que je connaissais déjà, mais qui lui est en plein dans la rue Sainte Anne.

Rendez-vous étais pris, donc, avec d’éminents blogueurs beauté, que vous connaissez bien. De gauche à droite sur la photo de groupe ci-après : Christopher (a.k.a. Le Cosmétologue), Sarah (a.k.a. Midaregami), Cathia (a.k.a. Beauté Coréenne), Lâm (a.k.a. La Beauté de Lâm) et Olivier (dit Titi, cf. Lâm). Vous ne voyez pas leur tête ? C’est normal. Car ces superhéros et superhéroïnes de la beauté veulent préserver leur anonymat afin de pouvoir continuer à œuvrer dans l’ombre pour un monde meilleur et des peaux plus belles ! (C’est aussi parce qu’ils se sont tous mis d’accord pour me débiter en petits morceaux si jamais je divulguais leur vrai visage, mais c’est tout de suite moins glamour.)

 Je suis arrivé en retard au rendez-vous, fixé à 19 heures 30. Nous appellerons ça la demi-heure bordelaise quand d’autres prétexteront que j’avais qu’à sortir du boulot aussi tard. Quoi qu’il en soit, en découvrant le restaurant, j’ai été agréablement surpris. Comme tous les « Coréens » de Paris que je connais, le lieu est propre, clair, pas trop encombré, joliment décoré mais sans fioriture. Tout de suite deux choses frappent : les grandes tablées (avec barbecue au gaz intégré, si si, on n’arrête pas le progrès) et, au plafond, la tuyauterie couleur cuivre, qui gambade joyeusement de tables en tables. A priori ça ne fait pas sérieux, mais nous ne comprendrons que bien plus tard l’utilité de ce spaghetti doré.

Ils étaient tous déjà installés, discussion à bâtons rompus, chacun ayant eu le temps de se présenter aux autres. « T’es qui toi, qu’est-ce tu fais dans la vie, c’est quoi ton blog, tu manges quoi, ah ça a l’air chouette je vais prendre pareil », bref, le genre de discussion qu’on a dans les restaurants avec des gens dont on apprécie les écrits mais que l’on rencontre pour la première fois. Forcément j’ai eu droit à mon lot de petites boutades, mais toujours très bon enfant. En réalité, c’est surtout Sarah qui s’est trouvée gênée parce qu’elle était incapable de répondre à certains questions à mon sujet me concernant. J’vous jure, un an et demi de vie de couple et toujours pas capable de savoir si je marche plus vite qu’elle, c’est pas sérieux ! Heureusement que le serveur est venu nous sauver en nous proposant (enfin, en me proposant) la carte, afin que je puisse choisir pour que le dîner démarre réellement.

Humm… Alors… Voyons… J’ai 10 secondes pour choisir entre Bibimbap et Barbecue Coréen… Hummm… Vous avez pris quoi ? « Barbecue coréen de bœuf » (1x) , « Barbecue coréen bœuf poulet » (3x), « Menu Bibimbap » (1x)… Comme je suis très grégaire, j’ai donc opté pour le barbecue bœuf poulet. Hop. Ah, et en boisson ? Un Perrier pour Christopher (puisqu’il ne boit pas d’alcool), un thé au gingembre pour Cathia, un thé au fruit rouge (me semble-t-il) pour Lâm, et une boisson typiquement douteuse mais absolument coréenne (ou l’inverse) pour Sarah, fermentée à base de riz (avec de vrais grains à l’intérieur, miam). Par pure déformation professionnelle, Christopher n’a pas pu s’empêcher de vérifier la composition avant de donner son approbation. Quant à Olivier et moi, bof, puisque nous étions les deux geeks de service, nous avons respectivement opté pour une bière japonaise (Asahi) et une bière coréenne (Hite). [Les filles, toujours très focus sur l’aspect esthétique des choses, de remarquer que « oh, c’est mignon, les verres sont assortis aux bouteilles ! »]

Puis vint l’heure du solide. Ah, les barbecues coréens… Ils se méritent ! Parce qu’à chaque fois, c’est le même gag, la même crainte. Pour celles et ceux qui n’en auraient jamais dégusté, je m’explique. Dans les barbecues coréens, la viande est servie crue, sur un plateau, parfois à même le barbecue, parfois dans une assiette séparée. La première difficulté consiste donc à allumer le barbecue (qui, dans sa version moderne, fonctionne au gaz). Dans notre cas, Sarah, Olivier et Lâm utilisaient les barbecues intégrés à la table, qui refusaient de s’allumer, quand Cathia et moi-même utilisions un barbecue portatif (qui refusait quand même de s’allumer). Après nombre grimaces, excuses, allers-retours en cuisine, contrôles techniques, hop, et le feu jaillit de nulle part ! La deuxième difficulté, c’est que, sauf exception, c’est au client de contrôler la cuisson de son barbecue. Vous comprendrez mieux avec des images :

Barbecue de bœuf

Barbecue mixte poulet-bœuf

Deux options s’offrent ainsi à vous :

  • Pour le barbecue de bœuf, la viande se présente sous forme de lamelles marinées. Un peu comme du carpaccio en fait. Il suffit donc de saisir les lamelles et de les cuire au fur et à mesure sur le barbecue, façon pierrade savoyarde.
  • Pour le barbecue mixte, la viande est débitée en dés grossiers, qu’il faut redécouper lors de la cuisson. Le bœuf d’un côté, le poulet de l’autre, le tout dans la marinade coréenne qui confèrera le goût final, légèrement sucré et épicé, à la viande. La difficulté est la suivante : il faut tout faire cuire d’un coup, afin que la viande soit à point bien imbibée, mais stopper la cuisson avant que le jus ne s’évapore. C’est là qu’on fait la différence entre celle qui a le coup de main (Cathia), et les autres (les autres). Si on se rate, on perd tout le jus, et je vous raconte pas la tête de celui qui sera chargé de faire la vaisselle après vous. C’est d’ailleurs à ce moment là que les fameux tuyaux en cuivre dévoilent leur utilité : il s’agit en fait de hote télescopiques. La méga classe !

La troisième difficulté (vous ne pensiez quand même pas que vous vous en sortiriez comme ça ?) est que les barbecues sont toujours accompagnés de petits légumes variés pour agrémenter votre plat, en plus du riz : kimchi (chou fermenté au piment), petits poissons séchés, soja mariné, cœurs de lotus tranchés, petites pommes de terres douces… Un régal pour les papilles, une délicieuse inviation au voyage. C’est bon, c’est très bon, mais ça prend une sacré place sur la table. Demandez à Christopher, qui a opté pour le menu Bibimbap : ce n’est pas à un seul plat auquel il a eu droit, mais à une succession de petites entrées. Soupe miso, raviolis, salade, re-salade, puis autre chose, et encore autre chose. Il faut être un minimum organisé pour tout faire tenir sur la table, mais c’est ça aussi, la cuisine asiatique. Un carnaval de petites assiettes dansantes dans lesquelles il faut piocher jusqu’à satiété.

Verdict de la soirée ?

Je ne sais pas pour les autres, mais j’ai adoré. Et je parle aussi bien de la cuisine que des rencontres et des discussions, forcément très orientées beauté (mais pas forcément potin, nous ne sommes pas comme ça :D ). Pour un compte rendu plus précis de ce côté de la table, je vous demanderai de vous adresser à Sarah. Pour les autres, nous avons surtout conclu, Olivier et moi, que s’il existait un humour geek (parfois douteux, il est vrai), nous n’arrivions pas à détecter un humour « beauty addict » équivalent, bourré de références tordues et de petits clins d’œils « entre initié(e)s ». Mais c’est peut-être parce que nous n’en sommes pas.

Au niveau du restaurant, c’est une bonne adresse à conseiller. Pour celles et ceux de passage à Paris, les adresses suivantes valent également le détour :

  • Le Bibimbap, 32 Boulevard Hôpital  – 75005 Paris. Succulents bibimbaps (bœuf, fruit de mer, poulet) accompagnés d’entrée très créatives.
  • Le Guibine Opéra, 44, Rue Sainte Anne – 75002 Paris. Avec serveuses en tenues traditionnelles.
  • Olive, 5 rue Daubenon – 75005 Paris. La cuisine est en tous points excellente, mais surtout, ils passent du 2NE1 et du SNSD en fond sonore !

Après tout ça, ne me reste plus qu’à vous souhaiter un très bon appétit et un magnifique samedi ensoleillé ;)

PS Technique : excusez-moi pour les photos, il semblerait que mon appareil ait un soucis de sur-saturation du canal rouge.

6 commentaires

  1. La chance, la rencontre devait être des plus sympathique!!

  2. Hey j’adore notre photo de groupe, quel talent tu as ! Les autres photos sont superbes aussi (merci Leica ! bon à toi aussi bien sûr !) Pour ma boisson, j’avais pris un thé gingembre cannelle, très sucré mais divinement bon et qui ressemble à s’y méprendre au jus d’un dessert vietnamien à base de tofu ! Bon et si tu peux m’avoir un Leica, je prends !!! (^_^) On remet ça quand vous voulez ! Bises !!!

    1. Ce n’était pas un thé gingembre cannelle, mais une boisson au kaki et cannelle…!! ^^ j’aime les précisions…lol

  3. hello, très bon compte rendu avec évidemment des photos de toute « beauté » ( oui!!! j’ai placé le terme beauté dans le commentaire :) … sauf qu’on va croire que je suis vraiment un maniac… et juste petite précision, pour moi aussi, je n’ai pas bu un perrier mais de l’eau plate ( Evian), et oui, trop de sodium dans le perrier… bon ok je suis un maniac… ;)

    Christopher aka le cosmétologue ( qui a eu la chance de « toucher » un leica à 9000 euros environ), j’en tremble encore ;)

  4. Ah superbe rencontre!! :D J’ADORE les tuyaux dans le resto! C’est quasiment décoratif *o*

    Les photos me donnent faim!!! Je bloque sur la viande en train de cuire là miam miam miam :p

  5. *Q* j’adore les bulgogis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :